Causerie philosophique 4 juillet 19h-21h au Foyer Turbulences !


Le projet d’Agora...

Le projet d’Agora sur une proposition de Philippe DUBAN, Directeur des Chapiteaux Turbulents ! s’inscrit dans l’idée de prolonger le travail de compagnonnage mené pendant 4 ans avec la Maison des Écrivains et de la Littérature (MEL) sur le thème de l’écriture contemporaine par une réflexion de fond entreprise en partenariat avec le Collège International de Philosophie (CIPH),  présidence Madame Isabelle ALFONDARY, dans le registre de la pensée contemporaine. Il réunit plusieurs philosophes avec les Turbulents ! : Gisèle BERGKMAN, Sophie GOUVERNEUR, Frédéric VENGEON, Stéphane PUJOL et Pascal SEVERAC. Il ouvre ce groupe de travail à tout public : philosophes ou intrigués. Il ne peut s’agir ici d’une philosophie plénière, d’une parole installée dans l’autosuffisance de ses concepts et dans l’assurance sans faille de sa transmission et cela, pour plusieurs raisons évidentes parce que la parole portée par les Turbulents est une parole questionnante qu’il ne s’agit en aucun cas de combler par la certitude enfin conquise d’un discours maitre ;
- parce que la fondation même du Collège International de Philosophie repose sur la nécessité de faire vaciller les discours- maitres et de les confronter à leurs propres frontières, à leurs limites, à ceux qui les débordent. Les Directeurs de programme y travaillent d’ailleurs sur des intersections, bien plus que sur des champs disciplinaires clos sur eux-mêmes.
 
Donner lieu à un « penser ensemble » qui ne soit pas la délivrance d’une parole magistrale et hiérarchique mais bien l’occasion d’une pensée en commun, permettant à des intervenants liés au CIPH (directeurs de programme et intervenants extérieurs) de penser avec les Turbulents. L’objectif est de parvenir à une autre pratique de la philosophie et de la pensée à partir des fragments et des éclats du réel qui parviennent tous les jours aux Turbulents, et qui notent sur une ardoise « Pensée du Jour » ; il s’agit de donner à penser, et de se donner à penser, en pensant avec les sujets atypiques que sont les Turbulents, des sujets qui ont été  souvent tenus en marge de l’école et de la « skholé » au sens large et dont il s’agit aussi d’interroger ceux qui ont à nous apprendre ce que penser veut dire. ON VISE Donc LA CRÉATION, d’un espace commun, un espace de résonnance et de « résonnance », dont la philosophie et le désir de penser constituerait, en quelque sorte, la méditation.
 
Source Gisèle BERGKMAN
 
 



Lu 90 fois





Billetterie en ligne


Inscription à la newsletter

Facebook

Twitter